Solidarité en 2020

Les vœux traditionnels du nouvel-an que nous nous adressons sont généralement les premières paroles qui commencent nos conversations avec notre famille, nos amis, nos voisins. Ces souhaits tellement simples « Bonne année, bonne santé », comment les exprimer d’une manière authentique ? Que renferment-ils comme signification dès qu’on les prononce ?

Oui, je souhaite que tout aille de façon excellente pour toi, que les accrocs, s’ils passent par chez toi, ne t’affaiblissent pas mais que tu puisses te remettre debout aussitôt. N’oublie pas tes promesses faites pendant l’Avent. Tu étais invité durant quatre semaines à tisser la solidarité avec tes proches sans oublier les multiples associations qui travaillent discrètement mais efficacement au bien-être de tous.

« Pour construire une société plus juste et fraternelle qui lutterait collectivement contre l’exclusion, la pauvreté et la précarité » (Mgr JP Delville), chacun de nous doit se sentir responsable et oublier son individualisme exacerbé, créer des communautés ouvertes au partage et à l’accueil des gens dans le besoin, peu reconnus dans une société méfiante des pauvres et des étrangers.

Il est urgent de réparer tout ce qui va mal et fait mal. Prenons comme exemples Sarah et Émilie. Infirmières fraîchement diplômées, elles sillonnent les rues de Bruxelles, soutiennent les sans-abris, leur donnent les premiers soins mais surtout, elles les ÉCOUTENT. Depuis 2006, l’asbl compte plus de trente personnes engagées. Plus près de chez nous, à Barvaux, la « Maison Source » aide les jeunes mères isolées en situation de précarité et en difficulté.

Engageons-nous, dès maintenant, à passer de la parole à l’action. Cherchons des pistes concrètes d’amitié et de solidarité dans nos villes et villages ! Oui, l’année 2020 sera une année différente si nous tournons notre cœur vers les autres.

Chantal SERVOTTE-SCHEER