Bonne année 2021 !

Nous arrivons à la fin d’une année qui a été un véritable cauchemar à cause de la « pandémie » de COVID-19 et de sa gestion. Partout et dans tous les secteurs de la vie, la situation reste critique et des mesures urgentes sont nécessaires pour endiguer les conséquences de cette crise.

Nous avons pris conscience que notre vie est très fragile et cela est commun à tous les humains. Pour cela, il faut nous protéger et protéger les autres. Nous avons compris que la solidarité en faveur de la vie est un combat de tout le temps. Avec nos gouvernants, nous avons appris que pour endiguer un mal, il ne faut pas attendre qu’il arrive à notre porte mais anticiper en prenant des mesures nécessaires quand il est encore très loin.

Durant ces mois de crise sanitaire, nous avons aussi expérimenté que nos vies sont tissées et soutenues par des personnes ordinaires, souvent oubliées, qui ne font pas la une des journaux mais qui, sans aucun doute, sont en train d’écrire aujourd’hui les évènements décisifs de notre histoire (médecins, infirmiers et infirmières, employés de supermarchés, agents d’entretien, fournisseurs de soin à domicile, transporteurs, forces de l’ordre, volontaires… et tant d’autres qui ont compris que personne ne se sauve tout seul). Ces personnes méritent notre reconnaissance. (Cfr Lettre apostolique Patris corde du Pape François).

L’an 2021 est arrivé. Nous émettons le vœu que ce soit une meilleure année. Nous ne vivrons plus comme avant la COVID-19. Nous avons appris de nouvelles façons de communiquer mais aussi de nous tenir à distance les uns des autres. Il y a donc de bons fruits mais aussi de moins bons. Gardons les bons fruits et les bonnes leçons de cette année qui s’achève et entrons en 2021 avec l’espoir de renouveler nos liens de communion et de fraternité. Bonne et sainte année.

Auguste MOANDA
Vice-doyen