Chrétiens des deux Ourthes

La Roche-en-Ardenne – Rendeux – Tenneville (Belgique)

Bulletins mensuels

Bulletin paroissial de l’UP ‘Cœur de l’Ardenne au fil de l’Ourthe’

Unité Pastorale ‘Rendeux-St Thibaut’

Unité Pastorale ‘Champlon-Tenneville’

Éditorial du mois       

Construire le bonheur et la fraternité

      Vous pouvez être défectueux, anxieux et parfois irrité mais n’oubliez pas que votre vie est la plus grande entreprise du monde. Vous seul pouvez l’empêcher de décliner. Nombreux sont ceux qui vous apprécient, vous admirent et vous aiment. Vous ne le savez pas mais il y a des gens pour qui vous êtes spécial.

      Aujourd’hui plus que jamais, nous pouvons nous rappeler qu’être heureux, ce n’est pas avoir un paradis sans tempête, une route sans accident, un travail sans fatigue, des relations personnelles sans déceptions. Être heureux, c’est trouver la force dans le pardon, l’espoir dans les batailles, la sécurité dans la boîte de la peur, l’amour dans les désaccords, l’espérance dans les maladies, dans les pandémies.

      Être heureux, ce n’est pas seulement valoriser le sourire, c’est aussi réfléchir à la tristesse. Il ne s’agit pas seulement de commémorer le succès mais aussi de tirer les leçons de l’échec. Ce n’est pas seulement avoir de la joie avec les applaudissements mais avoir de la joie dans l’anonymat. Pendant le confinement, nombreux sont ceux qui ont fait des miracles pour sauver des vies, pour sauver les autres mais on ne citera jamais leur nom dans la presse…

      Être heureux, c’est reconnaître que la vie vaut la peine d’être vécue malgré tous les défis, la tristesse, les malentendus et les périodes de crise sanitaire, émotionnelle, économique… Être heureux n’est pas un destin mais une conquête pour ceux qui savent voyager dans leur propre être, dans leur propre vie. Être heureux, c’est cesser d’être victime de problèmes et devenir acteur de votre propre histoire, c’est acquérir la capacité de ne pas faire partie du problème mais de la solution, c’est traverser des déserts hors de soi pour pouvoir trouver une oasis au plus profond de notre âme, c’est remercier Dieu chaque matin pour le miracle de la vie.

      Être heureux, ce n’est pas avoir peur de ses propres sentiments, c’est savoir parler de soi, c’est avoir le courage d’entendre un « non », d’encaisser un refus même de la part de ceux que vous aimez, c’est avoir la sécurité de recevoir des critiques, même si c’est injuste, c’est embrasser les enfants, chouchouter les parents, avoir des moments poétiques avec des amis, même s’ils nous blessent.

      Être heureux, c’est laisser vivre la créature, libre, heureuse et simple qui vit en chacun de nous, c’est avoir la maturité de dire : « J’avais tort », c’est avoir l’audace de dire : « Pardonnez-moi », c’est avoir la sensibilité d’exprimer : « J’ai besoin de toi », c’est avoir la capacité de dire : « Je t’aime ».

      Enfin, le véritable souhait en ce temps d’épreuve est que votre vie devienne un jardin d’opportunités pour être heureux … Puissiez-vous être des amoureux de la joie dans vos familles. Puissiez-vous être des amis de la sagesse et de la paix pendant cet été qui approche.

      Et lorsque vous vous trompez en cours de route, recommencez, reprenez-vous. Et vous serez plus passionnés de la vie. Et vous découvrirez qu’être heureux, ce n’est pas avoir une vie parfaite mais utiliser des larmes pour consoler les autres, utiliser les échecs et la douleur pour affiner votre patience, utiliser les failles pour sculpter la sérénité, utiliser des obstacles pour ouvrir les fenêtres de l’intelligence. N’abandonnez jamais… N’abandonnez jamais les gens que vous aimez. N’abandonnez jamais d’être heureux, car la vie est un spectacle à ne pas manquer !

Abbé Raphaël Kwasi

 

%d blogueurs aiment cette page :